Bientôt disponible surDoctolib
logo diabet'

L'examen cardiologique

Les différents examens

ECG

L’ECG permet d’analyser la fonction électrique cardiaque.

Le Holter ECG permet une analyse du rythme cardiaque sur une durée minimale de 24h.

L’IPS permet de mesurer la résistance des vaisseaux au flux sanguin et de dépister les troubles vasculaires.

L’automesure tensionnelle permet l’obtention de chiffres fiables de la pression artérielle au domicile.

La MAPA permet une mesure fiable de la tension artérielle sur 24h.

L’échocardiographie permet d’évaluer visuellement la fonction du cœur et de ses valves.

Le test d’effort permet une analyse du rythme cardiaque à l’effort et une détection du risque d’ischémie d’effort.

L’échographie d’effort permet de visualiser les zones myocardiques moins bien perfusées à l’effort.

Le score calcique permet de mesure l’état de calcifications des artères coronaires.

Le coroscanner permet un analyse des artères coronaires de manière non invasive.

La coronarographie permet une visualisation et une revascularisation éventuelle des artères coronaires.

L’IRM cardiaque est un examen non irradiant de la fonction myocardique.

La scintigraphie myocardique permet d’évaluer la perfusion des artères coronaires de manière mini-invasive.

À quoi sert un examen cardiologique au cours du diabète ?

L’examen cardiologique chez les patients atteints de diabète, qu’il s’agisse de diabète de type 1 ou de type 2, est d’une importance capitale. En effet, le diabète, en altérant les mécanismes physiologiques normaux, augmente considérablement le risque cardiovasculaire. L’objectif principal de cet examen est la prévention et la détection précoce des complications cardiovasculaires, souvent silencieuses dans un premier temps.

Les examens cardiaques permettent d’évaluer le risque de maladies cardiovasculaires telles que l’infarctus du myocarde et l’accident vasculaire cérébral (AVC). Ces évaluations sont essentielles pour ajuster les traitements du diabète et des comorbidités comme l’hypertension artérielle et la dyslipidémie. Le bilan lipidique, par exemple, joue un rôle clé dans cette évaluation. Le suivi régulier par un cardiologue aide à minimiser les risques cardiaques et à améliorer la gestion globale du diabète.

Quelles sont les conséquences du diabète sur le cœur ?

Le diabète a des conséquences multiples sur le cœur et les vaisseaux sanguins :

  1. Athérosclérose accélérée : Le diabète favorise la formation de plaques d’athérome dans les artères, augmentant ainsi le risque d’athérosclérose. Cette pathologie peut entraîner une réduction du flux sanguin, causant des maladies telles que l’angine de poitrine et l’infarctus du myocarde.
  2. Ischémie myocardique silencieuse : De nombreux patients diabétiques souffrent d’ischémie myocardique sans présenter de symptômes classiques, tels que la douleur thoracique. Cette ischémie silencieuse peut conduire à un infarctus du myocarde non détecté.
  3. Hypertension artérielle : Les patients diabétiques présentent souvent une hypertension artérielle, ce qui aggrave encore leur risque cardiovasculaire.
  4. Cardiomyopathie diabétique : Le diabète peut affecter directement le muscle cardiaque (myocarde), entraînant une diminution de la fonction cardiaque et une insuffisance cardiaque.
  5. Infarctus du myocarde et AVC : Le risque de ces événements cardiovasculaires majeurs est nettement accru chez les patients diabétiques en raison des effets cumulatifs des facteurs de risque mentionnés ci-dessus.

Quels sont les différents examens possibles ?

La consultation cardiologique

La consultation cardiologique est une étape essentielle pour évaluer la santé cardiaque chez les patients diabétiques. Elle comprend généralement un interrogatoire clinique détaillé visant à recueillir les antécédents médicaux, les symptômes actuels tels que la dyspnée (essoufflement), l’angine de poitrine, ainsi que des informations sur l’activité physique régulière. L’examen physique inclut la palpation des pouls périphériques et l’auscultation des bruits cardiaques pour détecter toute anomalie.

L’examen des pieds fait également partie intégrante de cette consultation, car les complications vasculaires peuvent se manifester sous forme de lésions ou d’ulcères.

L’ECG

L’électrocardiogramme (ECG) est un examen de base qui enregistre l’activité électrique du cœur. Il permet de détecter des anomalies telles que l’ischémie myocardique, les troubles de la repolarisation, ou encore la présence d’ondes Q suggérant un infarctus anciennement passé inaperçu.

Le Holter ECG

Le Holter ECG est un examen permettant d’évaluer la fonction électrique du cœur sur une durée de 24h ou plus. Il permet ainsi de détecter des troubles du rythme non visualisés sur un examen plus court.

L’IPS (Index de Pression Systolique)

L’Index de Pression Systolique (IPS) est utilisé pour évaluer l’artériopathie oblitérante des membres inférieurs, fréquente chez les patients diabétiques. Cet examen consiste à mesurer la pression artérielle au niveau des bras et des chevilles afin de détecter toute diminution significative indiquant une obstruction artérielle.

L’automesure tensionnelle

L’automesure tensionnelle permet aux patients de surveiller leur tension artérielle à domicile. Cette pratique aide à identifier les épisodes d’hypertension ou d’hypotension orthostatique qui pourraient nécessiter une adaptation du traitement antihypertenseur.

La MAPA

La Mesure Ambulatoire de la Pression Artérielle (MAPA) est une méthode plus complète que l’automesure tensionnelle, enregistrant la pression artérielle sur 24 heures. Elle fournit des informations précieuses sur le profil tensionnel jour/nuit et aide à diagnostiquer l’hypertension masquée ou résistante au traitement.

L’échographie cardiaque

L’échographie cardiaque utilise des ultrasons pour visualiser les structures internes du cœur et évaluer sa fonction. Cet examen permet de détecter des anomalies telles que l’hypertrophie ventriculaire gauche, fréquente chez les patients hypertendus, ou encore des valvulopathies.

L’épreuve d’effort

L’épreuve d’effort consiste à enregistrer un ECG pendant que le patient effectue un exercice physique contrôlé, généralement sur tapis roulant ou vélo ergométrique. Cet examen évalue la réponse du cœur à l’effort et permet de détecter une ischémie myocardique induite par l’exercice.

L’échographie d’effort

L’échographie d’effort combine une échographie cardiaque avec une épreuve d’effort pour fournir une évaluation plus détaillée de la fonction cardiaque sous stress. Cette technique est particulièrement utile pour détecter les zones myocardiques souffrant d’un apport sanguin insuffisant pendant l’effort.

Le score calcique coronaire (Agatston Score)

Le score calcique coronaire mesure la quantité de calcium dans les parois des artères coronaires via un scanner sans injection de produit de contraste. Un score calcique élevé indique une accumulation significative de plaques calcifiées, traduisant un risque accru de maladies coronariennes.

  • Score 0 : Absence de dépôt calcique – faible risque.
  • Score 1-100 : Risque faible à modéré.
  • Score 101-400 : Risque modéré à élevé.
  • Score >400 : Risque élevé.

Le coroscanner

Le coroscanner est un examen non invasif permettant une analyse fine de l’éat d’obstruction athéromateuse des artères cardiaques à l’aide d’un examen scannographique injecté. 

La coronarographie

La coronarographie est un examen invasif qui visualise directement les artères coronaires grâce à l’injection d’un produit de contraste iodé sous contrôle radiographique. Elle détermine précisément la localisation et la sévérité des rétrécissements ou occlusions coronariennes.

L’IRM cardiaque

L’Imagerie par Résonance Magnétique (IRM) cardiaque offre une vue détaillée des tissus cardiaques, permettant d’identifier des anomalies structurelles complexes comme les cardiomyopathies et les fibroses myocardiques avec grande précision.

La scintigraphie myocardique

La scintigraphie myocardique est une technique d’imagerie qui utilise des traceurs radioactifs pour visualiser la perfusion du muscle cardiaque. Cet examen est souvent utilisé pour détecter l’ischémie myocardique et évaluer la fonction ventriculaire.

Quel suivi cardiologique réaliser chez le diabétique ?

Un suivi cardiologique rigoureux est recommandé pour tous les patients atteints de diabète afin de prévenir et gérer efficacement leurs risques cardiovasculaires :

  1. Consultation annuelle : Incluant un interrogatoire clinique complet, palpation des pouls périphériques et auscultation cardiaque.
  2. Électrocardiogramme annuel : Pour surveiller toute évolution ou apparition de nouvelles anomalies.
  3. Examens complémentaires selon nécessité : Échographie cardiaque, épreuve d’effort ou autres examens spécialisés en cas de symptômes ou facteurs de risque supplémentaires.
  4. Surveillance continue : Ajustement régulier des traitements antihypertenseurs, hypolipémiants et antidiabétiques selon les résultats cliniques et biologiques.
  5. Collaboration pluridisciplinaire : Suivi conjoint avec le diabétologue pour une prise en charge optimale des comorbidités et amélioration globale du contrôle glycémique.

Un bilan lipidique, incluant la mesure du LDL-cholestérol, est souvent recommandé pour ajuster les traitements hypolipémiants et réduire les risques cardiovasculaires.

À quelle fréquence réaliser un bilan cardiologique ?

La fréquence idéale pour réaliser un bilan cardiologique dépend largement du profil individuel du patient :

  • Annuellement : Pour tous les patients atteints de diabète afin d’assurer une détection précoce des complications cardiovasculaires.
  • Plus fréquemment : En présence de symptômes évocateurs (douleur thoracique, dyspnée) ou si plusieurs facteurs de risque sont présents (ancienneté du diabète, hypertension mal contrôlée).
  • Suivi personnalisé : La fréquence peut être adaptée par le médecin traitant en fonction des résultats précédents et des conditions spécifiques du patient.

Vos questions

Comment le diabète affecte le cœur ?

Le diabète affecte le cœur principalement par ses effets délétères sur les vaisseaux sanguins, augmentant ainsi le risque d’athérosclérose accélérée. Cette pathologie conduit à une réduction du flux sanguin vers le muscle cardiaque, provoquant potentiellement une ischémie myocardique silencieuse ou symptomatique. En outre, le diabète est souvent associé à d’autres comorbidités comme l’hypertension artérielle et la dyslipidémie qui exacerbent encore plus ce risque cardiovasculaire accru.

Un ECG (électrocardiogramme) est essentiel chez un patient diabétique car il permet :

  • La détection précoce d’une ischémie myocardique silencieuse.
  • Le suivi régulier pour identifier tout changement pathologique comme les troubles rythmiques ou repolarisation anormale.
  • La prévention secondaire en surveillant ceux ayant déjà eu un événement cardio-vasculaire pour éviter récidives ou complications supplémentaires.

Le score calcique (Agatston Score) varie selon la quantité totale mesurée :

  • Un score calcique de 0 indique qu’il n’y a pas dépôts calcifiés détectables dans vos artères coronaires – faible probabilité actuelle mais pas absence totale future.
  • Un score entre 1–100 signifie faible/modéré ; vigilance accrue nécessaire.
  • Entre 101–400, il traduit modérément/hautement suspect possible événements futurs nécessitant interventions appropriées.
  • Au-delà >400 très fort indicateur nécessitant investigations approfondies immédiates.

Le coût des examens cardiologiques peut varier en fonction des techniques utilisées et du lieu de réalisation. Par exemple, des examens comme la coronarographie ou l’IRM cardiaque peuvent être plus coûteux en raison de leur complexité et des équipements nécessaires. Cependant, ces coûts sont souvent pris en charge partiellement ou totalement par l’assurance maladie, surtout si ces examens sont prescrits pour la gestion du diabète.

Outre les examens cardiologiques, les patients diabétiques doivent aussi réaliser d’autres examens pour une prise en charge complète. Un fond d’œil est souvent recommandé pour détecter la rétinopathie diabétique, une complication fréquente du diabète. Un bilan de la glycémie à jeun est également essentiel pour surveiller le contrôle glycémique. Les examens d’imagerie médicale, tels que l’IRM et la scintigraphie myocardique, peuvent être nécessaires pour une évaluation détaillée des organes touchés par le diabète.

Article rédigé par Eliott Hergat, médecin et cofondateur
Dernière modification le 10 juillet 2024
Les informations contenues sur cette page sont générales et à but purement informatif. Ces informations ne peuvent être comprises comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être réalisé en se basant uniquement sur le contenu de cette page et une consultation avec un médecin est fortement recommandée.
En cas d’urgence, contactez le 15.