Bientôt disponible surDoctolib
logo diabet'

Le prédiabète

Qu’est-ce que le prédiabète ?

Le prédiabète est une maladie métabolique caractérisée par un taux de sucre dans le sang supérieur à la normale, mais pas assez élevé pour être diagnostiqué comme un diabète de type 2 (DT2). En termes médicaux, il s’agit d’une phase de dérèglement glycémique où la glycémie à jeun se situe entre 1,10 g/L et 1,25 g/L. Cette condition est souvent asymptomatique et précède le développement du DT2, permettant ainsi une intervention précoce pour prévenir la progression vers le diabète.

En France, plus de 4 millions de personnes sont atteintes de diabète, et environ 400 nouveaux cas de diabète sont diagnostiqués quotidiennement. Le prédiabète touche environ 6% de la population, soit environ 820 000 personnes. Il est crucial de comprendre cette condition pour adopter des mesures hygiéno-diététiques appropriées et ainsi potentiellement réverser cette phase silencieuse.

Que signifie une glycémie à jeun élevée ?

Une glycémie à jeun élevée est un indicateur clé du prédiabète. La glycémie à jeun est mesurée après un jeûne d’au moins 8 heures. Une glycémie normale à jeun est inférieure à 1,10 g/L. Lorsque la glycémie à jeun se situe entre 1,10 g/L et 1,25 g/L, cela signale une hyperglycémie modérée, souvent associée à une résistance à l’insuline.

La résistance à l’insuline signifie que les cellules du corps, notamment les muscles et les organes, ne répondent pas efficacement à l’insuline, une hormone produite par le pancréas. L’insuline est essentielle pour permettre au glucose de pénétrer dans les cellules et de fournir l’énergie nécessaire à leur fonctionnement. Lorsque les cellules deviennent résistantes à l’insuline, le pancréas compense en produisant davantage d’insuline. Cependant, cette surproduction peut épuiser le pancréas et, avec le temps, conduire à une hyperglycémie chronique.

Quelles sont les causes du pré-diabète ?

Le prédiabète résulte de plusieurs facteurs interconnectés. Parmi les principales causes, on retrouve :

  1. Génétique : Les antécédents familiaux de diabète augmentent le risque de développer un prédiabète.
  2. Sédentarité : Un mode de vie inactif contribue à la résistance à l’insuline.
  3. Surpoids et obésité : Un excès de graisse, notamment abdominale, est fortement associé à la résistance à l’insuline.
  4. Alimentation déséquilibrée : Une alimentation riche en sucres raffinés, graisses saturées et pauvre en fibres peut perturber le métabolisme du glucose.
  5. Hypertension artérielle et dyslipidémie : Ces conditions sont souvent présentes chez les patients prédiabétiques.
  6. Tabagisme : Le tabac affecte la sensibilité à l’insuline et le métabolisme du glucose.

Quels sont les symptômes du prédiabète ?

Le prédiabète est souvent asymptomatique, mais certains signes peuvent alerter le patient :

  • Fatigue persistante : Un manque d’énergie constant peut être un signal d’alarme.
  • Soif excessive et mictions fréquentes : Ces symptômes sont dus à l’augmentation du taux de sucre dans le sang.
  • Vision floue : Une hyperglycémie modérée peut affecter la vision.
  • Surpoids : Une prise de poids inexpliquée, en particulier autour de l’abdomen.
  • Hypertension artérielle et taux de cholestérol élevé : Ces conditions sont fréquemment associées au prédiabète.
  • Antécédents de gros bébé : Avoir eu un enfant de plus de 4 kg à la naissance peut indiquer un risque accru de prédiabète.

Quelles sont les conséquences d’une intolérance au glucose ?

L’intolérance au glucose, détectée par une glycémie supérieure à 1,40 g/L mais inférieure à 2 g/L deux heures après une charge orale de 75 g de glucose, peut entraîner plusieurs complications si elle n’est pas gérée correctement :

  1. Diabète de type 2 : Le prédiabète est un signal d’alarme indiquant un risque élevé de progression vers le DT2.
  2. Complications cardiovasculaires : Une glycémie élevée endommage les vaisseaux sanguins, augmentant le risque de maladies cardiovasculaires.
  3. Dommages aux reins et aux yeux : L’hyperglycémie chronique peut entraîner des néphropathies et des rétinopathies.

Le prédiabète est-il réversible ?

Heureusement, le prédiabète est une condition réversible. Des études montrent que 50 à 70 % des patients prédiabétiques ne développent pas de diabète de type 2 dans les cinq ans suivant le diagnostic, et environ 30 % restent non diabétiques après 30 ans. La réversibilité dépend de plusieurs facteurs, tels que l’absence de maladie cardiaque, la perte de poids, une pression artérielle basse et une activité physique régulière.

Existe-t-il des traitements du prédiabète ?

Le traitement du prédiabète repose principalement sur des modifications du mode de vie :

  1. Activité physique : Au moins 150 minutes d’activité physique modérée à soutenue par semaine, comme la marche rapide, peuvent réduire considérablement le risque de progression vers le DT2.
  2. Alimentation équilibrée : Adopter une alimentation riche en fruits, légumes, grains entiers, protéines maigres et graisses saines, comme l’huile d’olive et les noix.
  3. Perte de poids : Réduire l’apport calorique pour atteindre et maintenir un poids santé.
  4. Gestion du stress : Le stress chronique peut affecter la glycémie et doit être géré par des techniques de relaxation et de soutien psychologique.
  5. Arrêt du tabac : Le tabagisme exacerbe la résistance à l’insuline et doit être évité.

Qu’est-ce que le régime pré-diabétique ?

Un régime pré-diabétique vise à stabiliser la glycémie et à prévenir la progression vers le diabète de type 2. Voici quelques principes de ce régime :

  1. Consommer des aliments à faible indice glycémique : Les aliments comme les légumes, les fruits frais, les légumineuses et les grains entiers libèrent le glucose plus lentement dans le sang.
  2. Limiter les sucres ajoutés et les aliments transformés : Réduire la consommation de boissons sucrées, de confiseries et de plats préparés.
  3. Augmenter l’apport en fibres : Les fibres alimentaires aident à réguler la glycémie et à améliorer la digestion.
  4. Inclure des graisses saines : Opter pour des sources de graisses insaturées comme l’huile d’olive, les avocats et les poissons gras.
  5. Fractionner les repas : Manger des portions plus petites et plus fréquentes peut aider à maintenir une glycémie stable.

Quel lien existe-t-il entre prédiabète et perte de poids ?

La perte de poids est un élément crucial dans la gestion du prédiabète. Une réduction modeste de 5 à 10 % du poids corporel total peut améliorer significativement la sensibilité à l’insuline et réduire la glycémie. La perte de poids peut être atteinte par une combinaison d’une alimentation équilibrée et d’une activité physique régulière. En réduisant l’excès de graisse corporelle, en particulier la graisse abdominale, on diminue la surcharge pondérale qui contribue à la résistance à l’insuline.

Vos questions

Quel est le taux du prédiabète ?

Le taux de glycémie à jeun pour le prédiabète se situe entre 1,10 g/L et 1,25 g/L. Cette plage indique une hyperglycémie modérée et nécessite une surveillance régulière pour prévenir la progression vers le diabète de type 2.

Oui, le prédiabète est réversible avec des modifications appropriées du mode de vie. En adoptant une alimentation équilibrée, en augmentant l’activité physique et en maintenant un poids santé, il est possible de ramener la glycémie à des niveaux normaux et de réduire le risque de développer un diabète de type 2.

Le passage du prédiabète au diabète de type 2 est généralement progressif et peut prendre plusieurs années. Cependant, si la condition n’est pas gérée, une détérioration rapide de la glycémie peut survenir, surtout en présence de facteurs aggravants tels que la sédentarité et une mauvaise alimentation.

Pour éviter le diabète, il est essentiel de :

  1. Maintenir un poids santé : Adopter une alimentation équilibrée et pratiquer une activité physique régulière.
  2. Faire de l’exercice régulièrement : Au moins 150 minutes d’activité physique modérée par semaine.
  3. Gérer le stress et dormir suffisamment : Le stress chronique et le manque de sommeil peuvent affecter la glycémie.
  4. Éviter le tabagisme et limiter la consommation d’alcool.
  5. Consulter régulièrement un médecin : Pour des contrôles de la glycémie et des conseils personnalisés.

Le traitement du prédiabète repose sur des changements de mode de vie, incluant une alimentation équilibrée, une activité physique régulière, une gestion du poids et du stress, ainsi que l’arrêt du tabac. Dans certains cas, des médicaments peuvent être prescrits pour aider à contrôler la glycémie.

Un régime pré-diabétique devrait inclure :

  1. Aliments à faible indice glycémique : Légumes, fruits frais, grains entiers, légumineuses.
  2. Fibres alimentaires : Pour réguler la glycémie et favoriser la digestion.
  3. Graisses saines : Huile d’olive, avocats, poissons gras.
  4. Réduction des sucres ajoutés : Limiter les boissons sucrées, confiseries, et plats préparés.
  5. Portions fractionnées : Manger des portions plus petites et plus fréquentes pour maintenir une glycémie stable.
Article rédigé par Eliott Hergat, médecin et cofondateur
Dernière modification le 3 juillet 2024
Les informations contenues sur cette page sont générales et à but purement informatif. Ces informations ne peuvent être comprises comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être réalisé en se basant uniquement sur le contenu de cette page et une consultation avec un médecin est fortement recommandée.
En cas d’urgence, contactez le 15.