Bientôt disponible surDoctolib
logo diabet'

La rétinopathie diabétique

Qu’est-ce que la rétinopathie diabétique ?

La rétinopathie diabétique est une complication grave du diabète, affectant les yeux, plus précisément la rétine. La rétine est une fine couche de tissu située à l’arrière du globe oculaire, composée de cellules visuelles et de nombreux petits vaisseaux sanguins, qui réceptionne les impressions lumineuses et les transmet au cerveau via le nerf optique. En France, la rétinopathie diabétique est la première cause de cécité chez les patients de moins de 65 ans, touchant près de 50% des patients diabétiques de type 2. La prévalence de la rétinopathie augmente avec la durée du diabète.

Que provoque le diabète dans les yeux ?

Le diabète, en particulier lorsqu’il est mal contrôlé, entraîne une hyperglycémie (élévation chronique du taux de sucre dans le sang) qui fragilise les parois des capillaires rétiniens. Cette fragilisation provoque une perte d’étanchéité, une rupture ou un éclatement des vaisseaux rétiniens, entraînant des microanévrysmes et des hémorragies. De plus, certaines zones de la rétine ne sont plus correctement oxygénées, ce qui stimule la production de nouveaux vaisseaux sanguins (néovaisseaux) encore plus fragiles. Ces néovaisseaux peuvent saigner dans le corps vitré, entraînant une perte de vision et nécessitant parfois une vitrectomie. La fibrose consécutive à cette prolifération peut provoquer une traction sur la rétine, augmentant le risque de décollement rétinien et de perte définitive de la vision. Les personnes diabétiques doivent être particulièrement vigilantes aux atteintes des yeux.

Quels sont les symptômes de la rétinopathie diabétique ?

La rétinopathie diabétique peut s’installer sans symptômes au début, rendant les contrôles réguliers essentiels. Parmi les symptômes précoces, on trouve :

  • Des lettres déformées lors de la lecture.
  • Des difficultés à passer de la lumière à l’obscurité.
  • Une vision floue ou des taches noires (corps flottants) dans le champ visuel.
  • Une baisse d’acuité visuelle sévère, brutale et indolore.

Il est important de noter que la progression de la maladie peut être silencieuse, d’où l’importance des contrôles réguliers pour détecter toute présence de rétinopathie. La détection précoce est cruciale pour la prévention de la rétinopathie diabétique.

Quels sont les examens à réaliser pour évaluer la vision ?

Pour évaluer la vision et détecter la rétinopathie diabétique, plusieurs examens sont nécessaires :

  1. Mesure de l’acuité visuelle : Évaluer la capacité de l’œil à distinguer les détails fins.
  2. Mesure de la tension de l’œil : Pour détecter une éventuelle augmentation de la pression intraoculaire, indicative d’un glaucome néovasculaire.
  3. Angiographie à la fluorescéine : Visualise la perméabilité des vaisseaux rétiniens et détecte les zones de fuite.
  4. Examen du fond d’œil : Réalisé après dilatation de la pupille, cet examen permet d’observer directement la rétine et les vaisseaux sanguins.
  5. Tomographie par cohérence optique (OCT) : Imagerie non invasive qui produit des images détaillées des différentes couches de la rétine, essentielle pour diagnostiquer l’œdème maculaire.

Un examen ophtalmologique complet, incluant l’utilisation d’une lampe à fente, est indispensable pour évaluer l’évolution de la maladie et détecter les stades avancés de la rétinopathie.

Quelles sont les lésions présentes au fond d’œil ?

Nodules cotonneux

Les nodules cotonneux apparaissent sous forme de petites zones blanches et molles sur la rétine. Ils résultent de l’occlusion des capillaires rétiniens, entraînant des zones de micro-infarctus rétinien.

Microanévrysmes

Les microanévrysmes sont de petites dilatations des vaisseaux sanguins rétiniens, visibles sous forme de points rouges à l’examen du fond d’œil. Ils sont souvent les premiers signes de la rétinopathie diabétique.

Hémorragies rétiniennes

Ces hémorragies peuvent être punctiformes, en flammèches (superficielles) ou en taches (profondes). Elles résultent de la rupture des vaisseaux sanguins fragilisés.

Anomalies Microvasculaires Intrarétiniennes (AMIR)

Les AMIR sont des dilatations et tortuosités des capillaires rétiniens, indiquant une ischémie rétinienne chronique.

Anomalies veineuses

Les veines rétiniennes peuvent devenir dilatées, tortueuses ou prendre une forme en chapelet, signes de stase veineuse.

Néovaisseaux

Les néovaisseaux sont de nouveaux vaisseaux sanguins anormaux, fragiles et susceptibles de saigner. Leur présence indique une rétinopathie diabétique proliférante. Ces vaisseaux anormaux peuvent provoquer des complications sévères, telles que l’hémorragie du vitré.

Exsudats

Les exsudats sont des dépôts de lipides et de protéines dans la rétine, résultant de la fuite des vaisseaux sanguins endommagés.

Œdème maculaire

L’œdème maculaire est l’accumulation de liquide dans la macula, la partie centrale de la rétine responsable de la vision fine, entraînant une vision floue.

Hémorragies prérétiniennes et intravitréennes

Ces hémorragies surviennent dans les couches de la rétine ou dans le vitré, souvent à cause de la rupture des néovaisseaux.

Décollement tractionnel de la rétine

Le décollement tractionnel de la rétine se produit lorsque des néovaisseaux et du tissu cicatriciel exercent une traction sur la rétine, la détachant de sa position normale. La formation de tissu cicatriciel est une complication grave de la rétinopathie proliférante.

Quels sont les différents stades de la rétinopathie diabétique ?

Rétinopathie diabétique non proliférante (RDNP)

La RDNP est le stade initial de la rétinopathie diabétique, caractérisée par la présence de microanévrysmes, d’exsudats et d’hémorragies rétiniennes. À ce stade, la surveillance régulière est cruciale pour prévenir la progression de la maladie. La rétinopathie périphérique peut également être détectée à ce stade.

Rétinopathie diabétique proliférante (RDP)

La RDP est un stade avancé où la rétine commence à former des néovaisseaux en réponse à l’ischémie chronique. Ces néovaisseaux sont très fragiles et peuvent entraîner des hémorragies intravitréennes ou prérétiniennes.

Rétinopathie diabétique proliférante compliquée

C’est le stade où les complications sévères apparaissent, telles que les hémorragies intravitréennes massives et le décollement tractionnel de la rétine. Ces complications peuvent entraîner une perte de vision irréversible.

Œdème maculaire diabétique (OMD)

L’OMD peut survenir à n’importe quel stade de la rétinopathie diabétique. Il se caractérise par une accumulation de liquide dans la macula, entraînant une vision floue et une baisse de l’acuité visuelle.

Quel est le traitement de la rétinopathie ?

Les injections intra-vitréennes d’anti-VEGF (IVT)

Les injections d’anti-VEGF (facteur de croissance endothélial vasculaire) sont utilisées pour réduire la croissance des néovaisseaux et l’œdème maculaire. Les médicaments comme le ranibizumab, le bevacizumab et l’aflibercept sont couramment utilisés.

Le laser

La photocoagulation panrétinienne au laser est le traitement de référence pour la rétinopathie proliférante. Elle consiste à appliquer des impacts de laser sur la rétine pour réduire la formation de néovaisseaux et prévenir les hémorragies.

Chirurgie

Dans certains cas de rétinopathie diabétique compliquée, une chirurgie telle qu’une vitrectomie peut être nécessaire pour traiter les hémorragies du vitré ou le décollement tractionnel de la rétine.

Comment s’organise le dépistage de la rétinopathie diabétique ?

Le dépistage de la rétinopathie diabétique repose sur des examens ophtalmologiques réguliers, au moins une fois par an pour tous les patients diabétiques. Les techniques modernes de dépistage incluent l’utilisation de rétinographes non mydriatiques, permettant une photographie numérique du fond d’œil sans dilatation de la pupille. L’OCT (Tomographie par Cohérence Optique) est également utilisée pour détecter et suivre l’œdème maculaire. Enfin, l’angiographie à la fluorescéine peut être réalisée dans des cas spécifiques pour évaluer la perméabilité des vaisseaux rétiniens.

Vos questions

Comment se soigne la rétinopathie ?

La rétinopathie se soigne principalement par un contrôle strict de la glycémie et de la pression artérielle. Les traitements incluent des injections intra-vitréennes d’anti-VEGF, la photocoagulation panrétinienne au laser, et dans certains cas, la vitrectomie pour les complications avancées.

Le traitement du diabète dans les yeux repose sur la gestion rigoureuse du diabète, des examens ophtalmologiques réguliers et des interventions spécifiques comme les injections d’anti-VEGF et les traitements laser pour prévenir la progression de la rétinopathie diabétique.

Les signes du diabète dans les yeux incluent une vision floue, des taches ou points flottants (mouches volantes) dans le champ visuel, une baisse de l’acuité visuelle et parfois une perte soudaine de la vision. Ces symptômes apparaissent souvent à un stade avancé de la rétinopathie diabétique.

Le diabète augmente le risque de développement de la cataracte, une opacification du cristallin de l’œil entraînant une vision trouble. L’hyperglycémie chronique peut entraîner des modifications des protéines du cristallin, accélérant ainsi le processus de formation de la cataracte. Les patients diabétiques doivent donc être particulièrement vigilants et consulter régulièrement un ophtalmologue pour un dépistage précoce et une prise en charge adaptée.

Article rédigé par Eliott Hergat, médecin et cofondateur
Dernière modification le 12 juillet 2024
Les informations contenues sur cette page sont générales et à but purement informatif. Ces informations ne peuvent être comprises comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être réalisé en se basant uniquement sur le contenu de cette page et une consultation avec un médecin est fortement recommandée.
En cas d’urgence, contactez le 15.