Bientôt disponible surDoctolib
logo diabet'

L'examen du pied diabétique

Les différents examens

Test au monofilament

Le test au monofilament est simple, rapide et permet le dépistage d’une neuropathie sensitive.

Le Sudoscan est un examen moderne est fiable permettant le dépistage de la neuropathie diabétique.

Quel est l’intérêt de l’examen du pied diabétique ?

L’examen du pied diabétique revêt une importance primordiale dans la prévention et la gestion des complications liées au diabète. Chez les patients atteints de diabète de type 1 ou de type 2, les pieds sont particulièrement vulnérables en raison des risques accrus de neuropathie périphérique et de troubles circulatoires. Un examen podologique régulier permet non seulement de détecter précocement les signes avant-coureurs de complications graves, mais aussi de mettre en place des stratégies préventives adaptées.

La neuropathie périphérique, qui se manifeste souvent par une perte de sensibilité, expose les patients aux blessures non détectées. Par ailleurs, l’artériopathie périphérique, caractérisée par une circulation sanguine réduite dans les membres inférieurs, retarde la cicatrisation et augmente le risque d’infections. Lors d’un examen podologique, le praticien évalue l’intégrité cutanée, la présence de déformations comme l’hallux valgus et les orteils en marteau, ainsi que la qualité de la circulation sanguine en palpant les pouls dorsal pédieux et tibial postérieur. Ces évaluations permettent d’identifier les patients à risque élevé et de planifier des soins spécifiques pour prévenir les ulcérations et autres complications.

Quelles sont les conséquences du diabète sur le pied ?

Le diabète peut entraîner plusieurs complications graves au niveau des pieds. La neuropathie diabétique est l’une des plus courantes, entraînant une perte de sensation protectrice. Les patients ne ressentent plus les douleurs dues aux blessures mineures, ce qui peut conduire à des infections sévères non détectées à temps. Par exemple, un simple caillou dans la chaussure peut passer inaperçu et causer une plaie au pied qui s’infecte facilement.

L’artériopathie périphérique est une autre complication fréquente qui réduit le flux sanguin vers les membres inférieurs. Cette diminution du débit sanguin compromet la capacité du corps à guérir les plaies et à combattre les infections. Les ulcères peuvent rapidement se transformer en gangrène si elles ne sont pas traitées promptement.

En outre, le diabète peut provoquer des déformations du pied telles que l’hallux valgus, les orteils en marteau ou le pied creux. Ces déformations augmentent les points de pression et favorisent la formation de callosités et d’ulcérations. La peau des pieds peut également devenir sèche et fissurée, augmentant encore le risque d’infections.

Que regarde-t-on lors de l’examen podologique ?

Lors d’un examen podologique, plusieurs aspects du pied sont minutieusement évalués pour détecter toute anomalie ou signe précurseur de complications :

  1. Observation générale : Le praticien observe l’état général des pieds, y compris la santé de la peau, la chaleur, la souplesse et l’humidité cutanée.
  2. Plaies et érythèmes : Recherche de signes visibles de lésions ou d’inflammations.
  3. Mycoses : Identification des infections fongiques qui peuvent compliquer l’état du patient.
  4. Déformations : Observation des déformations osseuses telles que les oignons (hallux valgus), orteils en marteau ou en griffe.
  5. État des ongles : Vérification des ongles incarnés ou infectés.
  6. Pulsations et couleur : Évaluation de la circulation sanguine en palpant les pouls dorsal pédieux et tibial postérieur.

Chaque aspect du pied est examiné avec soin pour assurer une prise en charge complète et adaptée aux besoins spécifiques du patient. Un examen clinique détaillé est essentiel pour prévenir les complications du pied diabétique.

Quand réaliser un examen du pied ?

Il est recommandé aux patients atteints de diabète de réaliser un examen podologique au minimum une fois par an. Toutefois, certaines situations nécessitent une surveillance plus fréquente :

  • Symptômes nouveaux : Dès l’apparition de nouvelles plaies, douleurs, ou déformations.
  • Antécédents médicaux : Patients ayant déjà eu des ulcères ou infections doivent être surveillés plus étroitement.
  • Facteurs de risque accrus : Les patients présentant une neuropathie sévère ou une artériopathie périphérique doivent consulter régulièrement.

Une évaluation régulière permet d’ajuster le traitement et de prévenir l’aggravation des complications. La prise en chargeprécoce des problèmes identifiés peut prévenir des interventions plus invasives et coûteuses à long terme.

Quels sont les différents tests possibles ?

Le test au monofilament

Ce test est essentiel pour évaluer la sensibilité tactile profonde des pieds chez les patients diabétiques. Le praticien utilise un monofilament fin appliqué sur différentes zones du pied pour vérifier si le patient ressent le contact. Une perte de sensation détectée par ce test indique un risque accru d’ulcération. Les anomalies détectées par ce test augmentent le risque de développer une ulcération du pied par un facteur de 15 sur trois ans.

Le Sudoscan

Le Sudoscan mesure la fonction des glandes sudoripares en évaluant la conductance électrique de la peau. Ce test non invasif permet de détecter précocement la neuropathie autonome, souvent associée au diabète.

La mesure des IPS (Index de Pression Systolique)

L’Index de Pression Systolique (IPS) est utilisé pour estimer la circulation sanguine dans les membres inférieurs. En comparant la pression systolique mesurée au niveau des chevilles avec celle mesurée aux bras, ce test permet d’identifier une éventuelle artériopathie périphérique. Un bon flux sanguin est crucial pour la guérison des plaies et la prévention des infections.

Quelle est la prévention possible du pied diabétique ?

La prévention repose sur plusieurs axes :

  1. Dépistage précoce : Identifier rapidement les pieds à risque élevé grâce à un examen clinique détaillé.
  2. Éducation thérapeutique : Informer les patients sur les soins quotidiens à apporter à leurs pieds et sur les signes d’alerte à surveiller.
  3. Utilisation de chaussures adaptées : Porter des chaussures confortables pour éviter les frottements excessifs et prévenir les blessures.

Des séances régulières avec un pédicure-podologue peuvent également aider à maintenir une bonne santé podale. La médecine nucléaire peut être utilisée pour évaluer la gravité des infections et des inflammations dans les pieds des patients diabétiques, offrant ainsi une image plus détaillée de l’état du pied diabétique.

Quels soins des pieds réaliser à la maison ?

Les patients peuvent contribuer activement à prévenir les complications en adoptant quelques pratiques simples mais efficaces :

  1. Inspection quotidienne : Examiner chaque jour ses pieds pour détecter toute plaie, rougeur ou signe d’infection.
  2. Hygiène rigoureuse : Laver quotidiennement ses pieds avec un savon doux puis bien sécher, notamment entre les orteils.
  3. Hydratation régulière : Appliquer une crème hydratante pour éviter la sécheresse cutanée qui peut favoriser les fissures.
  4. Coupe soignée des ongles : Tailler régulièrement ses ongles en évitant les coupures trop courtes pour prévenir les ongles incarnés.
  5. Port de chaussures appropriées : Utiliser des chaussures bien ajustées qui offrent un bon maintien sans comprimer le pied.

Quel est le traitement possible en cas de pied diabétique ?

En cas d’apparition d’ulcérations ou d’infections, plusieurs options thérapeutiques sont envisageables :

  1. Débridement : Retrait chirurgical ou mécanique des tissus nécrosés pour favoriser la cicatrisation.
  2. Antibiotiques : Prescrits en cas d’infection bactérienne avérée après culture microbiologique.
  3. Pansements spécialisés : Utilisation de pansements adaptés aux ulcérations pour accélérer leur guérison.
  4. Suivi spécialisé : Consultations régulières avec un professionnel spécialisé dans le traitement du pied diabétique pour ajuster le traitement selon l’évolution clinique.

Vos questions

Comment diagnostiquer un pied diabétique ?

Le diagnostic repose sur un examen clinique complet réalisé par un professionnel de santé spécialisé dans le diabète et le soin des pieds. Cet examen inclut :

  1. Inspection visuelle et palpation : Évaluation visuelle et tactile pour identifier toutes anomalies cutanées ou structurales.
  2. Tests de sensibilité : Comme le test au monofilament pour vérifier la perte éventuelle de sensation protectrice.
  3. Évaluation vasculaire : Mesures telles que l’Index de Pression Systolique (IPS) pour vérifier l’état circulatoire.

La prise en charge comprend plusieurs étapes :

  1. Évaluation initiale détaillée : Examen complet pour évaluer l’état actuel des pieds.
  2. Planification personnalisée des soins : Élaboration d’un plan thérapeutique adapté aux besoins spécifiques du patient basé sur le diagnostic initial.
  3. Suivi régulier : Consultations périodiques pour surveiller l’évolution clinique et ajuster le traitement si nécessaire.

Les manifestations typiques incluent une perte progressive de sensibilité due à la neuropathie périphérique, ce qui augmente considérablement le risque de blessures non ressenties telles que plaies ou ulcérations qui guérissent lentement en raison d’une mauvaise circulation sanguine (artériopathie). Les signes visibles peuvent inclure rougeurs persistantes, callosités épaisses ainsi qu’éventuelles déformations osseuses comme hallux valgus ou orteils marteaux rendant difficile voire douloureux tout port prolongé chaussettes/chaussures mal adaptées.

Les antécédents médicaux jouent un rôle crucial dans l’évaluation du risque de complications du pied diabétique. Parmi les antécédents à considérer, on retrouve les ulcères précédents, les douleurs musculaires, les changements au niveau des pieds, des orteils ou des ongles, ainsi que les problèmes de chaussage. De plus, des antécédents de tabagisme et les derniers résultats de l’HbA1C sont également importants pour évaluer le contrôle glycémique et le risque d’infection. Ces informations aident le praticien à déterminer la fréquence des examens et les mesures préventives nécessaires.

L’évaluation de la sensibilité des pieds est un élément clé de l’examen podologique chez les patients diabétiques. Plusieurs tests peuvent être utilisés pour évaluer la sensibilité à la douleur, au chaud et au froid, ainsi que la sensibilité profonde et discriminative. Le test au monofilament, par exemple, permet de vérifier la perte de sensation protectrice. Des tests de perception des vibrations avec un biothésiomètre ou des tests de réflexes de la cheville peuvent également être réalisés. Ces évaluations aident à identifier les patients présentant une neuropathie périphérique, qui est un facteur de risque majeur pour les ulcérations et les infections.

Article rédigé par Eliott Hergat, médecin et cofondateur
Dernière modification le 10 juillet 2024
Les informations contenues sur cette page sont générales et à but purement informatif. Ces informations ne peuvent être comprises comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être réalisé en se basant uniquement sur le contenu de cette page et une consultation avec un médecin est fortement recommandée.
En cas d’urgence, contactez le 15.