Bientôt disponible surDoctolib

La parodontite

Quelle est la définition de la parodontite ?

La parodontite est une maladie inflammatoire bactérienne chronique de la cavité buccale, qui affecte les tissus de soutien des dents, aussi connus sous le nom de parodonte. Cette pathologie se caractérise par une destruction progressive des gencives, de l’os alvéolaire, du ligament parodontal et du cément. La parodontite survient souvent comme une aggravation de la gingivite, une inflammation des gencives plus superficielle. En l’absence de traitement, la parodontite peut entraîner le déchaussement et la perte des dents. Les symptômes initiaux incluent des gencives tuméfiées et saignantes, une mauvaise haleine persistante, une sensibilité accrue des gencives et une mobilité dentaire accrue. Il est crucial de noter que la profondeur des poches gingivales est un indicateur important de la gravité de la parodontite.

Quelles sont les causes de parodontite ?

La parodontite est principalement causée par l’accumulation de plaque dentaire, un biofilm de bactéries qui adhère à la surface des dents. Si la plaque n’est pas éliminée régulièrement par le brossage et l’utilisation de fil dentaire, elle peut se minéraliser pour former du tartre, qui favorise la prolifération de bactéries pathogènes telles que Porphyromonas gingivalisAggregatibacter actinomycetemcomitans, et Eikenella corrodens. Ces bactéries produisent des toxines qui déclenchent une réaction inflammatoire, conduisant à la dégradation des tissus parodontaux. La présence de tartre est un facteur clé dans le développement de cette pathologie.

Outre la plaque dentaire, plusieurs facteurs de risque modifiables et non modifiables peuvent contribuer à l’apparition et à la progression de la parodontite :

  • Facteurs modifiables : le tabagisme, l’obésité, le diabète (notamment de type 1), le stress émotionnel, et une carence en vitamine C.
  • Facteurs non modifiables : des prédispositions génétiques, certaines maladies systémiques (comme le syndrome de Down, la maladie de Crohn, la leucopénie, et le SIDA).

Quels sont les symptômes de la maladie parodontale ?

Les symptômes de la parodontite varient en fonction de la gravité de la maladie. Les signes les plus courants incluent :

  1. Gencives tuméfiées et saignantes : Les gencives peuvent devenir rouges, enflées et saigner lors du brossage ou de l’utilisation de fil dentaire.
  2. Mauvaise haleine persistante : La présence de bactéries pathogènes et de débris alimentaires dans les poches parodontales peut provoquer une haleine fétide.
  3. Sensibilité des gencives : Les gencives peuvent devenir douloureuses ou sensibles au toucher.
  4. Mobilité dentaire : La perte de soutien osseux et ligamentaire peut entraîner une mobilité accrue des dents.
  5. Récession gingivale : Les gencives peuvent se rétracter, exposant davantage les racines des dents.
  6. Douleur et œdème : Dans les cas avancés ou en présence d’abcès, les patients peuvent ressentir une douleur intense et un gonflement des gencives.
  7. Saignement au brossage : Ce symptôme est souvent un des premiers signes d’alerte d’une infection bactérienne des gencives.

Quels sont les examens à réaliser en cas de gingivite ?

Lorsqu’une gingivite est suspectée, plusieurs examens cliniques et paracliniques sont nécessaires pour évaluer l’état des tissus parodontaux et déterminer la présence de parodontite :

  1. Examen clinique : Le dentiste examine visuellement les gencives pour détecter des signes d’inflammation, de saignement et de récession gingivale.
  2. Sondage parodontal : Un sondage parodontal est effectué pour mesurer la profondeur des poches gingivales autour des dents. Des poches de plus de 3 mm peuvent indiquer une parodontite.
  3. Examen radiographique : Des radiographies dentaires sont prises pour évaluer l’étendue de la perte osseuse alvéolaire et détecter d’éventuelles lésions osseuses.
  4. Évaluation microbiologique : Dans certains cas, des prélèvements peuvent être effectués pour identifier les bactéries pathogènes présentes dans les poches parodontales.
  5. Évaluation en santé : Une évaluation générale de la santé du patient peut être nécessaire pour identifier d’autres facteurs de risque.

Quel est le traitement de la gingivite ?

Le traitement de la gingivite vise à éliminer la plaque dentaire et à réduire l’inflammation des gencives. Les principales étapes incluent :

  1. Hygiène bucco-dentaire scrupuleuse : Un brossage régulier des dents, au moins deux fois par jour, avec un dentifrice fluoré, et l’utilisation quotidienne de fil interdentaire ou de brossettes interdentaires sont essentiels.
  2. Bains de bouche : L’utilisation de bains de bouche antiseptiques à base de chlorhexidine peut aider à réduire la charge bactérienne et l’inflammation.
  3. Détartrage et surfaçage radiculaire : Un nettoyage professionnel des dents et des poches gingivales par un dentiste est nécessaire pour éliminer le tartre et la plaque sous-gingivale.
  4. Antibiothérapie : Dans les cas de gingivite sévère ou d’abcès, des antibiotiques tels que l’amoxicilline ou le métronidazole peuvent être prescrits.
  5. Soins réguliers : Des visites régulières chez le dentiste pour des nettoyages professionnels et des examens parodontaux sont cruciales pour maintenir une bonne santé bucco-dentaire.

Quels sont les risques de la parodontite ?

La parodontite non traitée peut entraîner plusieurs conséquences graves pour la santé bucco-dentaire et générale :

  1. Perte des dents : La destruction des tissus de soutien peut conduire à la mobilité et à la perte des dents.
  2. Complications systémiques : La parodontite peut augmenter le risque de maladies cardiovasculaires, d’infections de prothèses articulaires et d’aggravation du diabète.
  3. Impact sur la qualité de vie : La douleur, la mobilité dentaire et la perte des dents peuvent affecter la mastication, la parole et l’estime de soi.
  4. Risque d’infection : La présence de poches parodontales profondes constitue une porte d’entrée pour les bactéries dans la circulation sanguine, augmentant le risque d’infections systémiques.
  5. Perte osseuse : L’inflammation chronique peut entraîner une résorption osseuse, affectant la structure de la mâchoire et la stabilité des dents.

Quel est le lien entre diabète et parodontite ?

Le lien entre le diabète et la parodontite est bien établi et bidirectionnel. Le diabète, en particulier le diabète de type 1, est un facteur de risque majeur pour le développement et la progression de la parodontite. L’hyperglycémie favorise la croissance des bactéries de la plaque dentaire et induit une réponse inflammatoire exacerbée. De plus, le diabète altère la microvascularisation et la réponse immunitaire, ce qui peut aggraver la destruction des tissus parodontaux. Les lésions inflammatoires sont couramment observées chez les patients diabétiques atteints de parodontite.

Inversement, la parodontite peut également avoir un impact négatif sur le contrôle glycémique. L’inflammation chronique et la production de cytokines pro-inflammatoires, telles que l’interleukine-1 et le facteur de nécrose tumorale alpha, peuvent augmenter l’insulinorésistance et rendre la gestion du diabète plus difficile.

Que faire pour prévenir les infections parodontales en cas de diabète ?

Pour prévenir les infections parodontales chez les patients diabétiques, il est essentiel de suivre des mesures rigoureuses d’hygiène bucco-dentaire et de gestion du diabète :

  1. Maintenir une bonne hygiène bucco-dentaire : Brossez vos dents au moins deux fois par jour avec un dentifrice fluoré, utilisez du fil dentaire ou des brossettes interdentaires quotidiennement, et rincez-vous la bouche avec un bain de bouche antiseptique.
  2. Contrôler la glycémie : Assurez-vous que votre diabète est bien contrôlé, car une glycémie élevée peut aggraver la parodontite.
  3. Visites régulières chez le dentiste : Consultez votre dentiste régulièrement pour des nettoyages professionnels et des examens parodontaux. Informez votre dentiste de votre diabète pour qu’il puisse adapter les soins en conséquence.
  4. Éviter le tabagisme : Le tabagisme est un facteur de risque majeur pour la parodontite et peut interférer avec la cicatrisation des tissus parodontaux.
  5. Alimentation équilibrée : Maintenez une alimentation saine et équilibrée pour soutenir votre système immunitaire et réduire le risque de complications parodontales.

Vos questions

Est-ce que la parodontite est grave ?

Oui, la parodontite est une pathologie grave qui peut entraîner des conséquences importantes si elle n’est pas traitée. Outre la perte des dents, la parodontite peut affecter la santé générale en augmentant le risque de maladies cardiovasculaires, d’infections systémiques et en compliquant la gestion du diabète. La vitesse de progression de la parodontite varie selon les individus et peut être influencée par divers facteurs, notamment le contrôle de la glycémie et l’hygiène buccodentaire.

La guérison de la parodontite nécessite une approche multimodale comprenant des soins professionnels et une hygiène bucco-dentaire rigoureuse. Les traitements incluent le détartrage, le surfaçage radiculaire, l’utilisation de bains de bouche antiseptiques, et, dans certains cas, des antibiotiques. Des interventions chirurgicales peuvent être nécessaires pour les poches parodontales profondes. La gestion des facteurs de risque, comme le contrôle de la glycémie et l’arrêt du tabac, est également cruciale.

Pour stopper la perte osseuse dentaire, il est essentiel de suivre un traitement parodontal approprié. Les étapes incluent un nettoyage professionnel des poches gingivales, l’utilisation de bains de bouche antiseptiques, et des interventions chirurgicales telles que des greffes osseuses ou des régénérations tissulaires guidées. La gestion des facteurs de risque, comme le contrôle du diabète et l’arrêt du tabac, est également cruciale. La chirurgie parodontale peut être indiquée pour traiter les cas avancés et restaurer les structures de soutien des dents.

Pour la parodontite, il est recommandé d’utiliser un dentifrice fluoré antibactérien, tel que celui contenant de la chlorhexidine ou du triclosan. Ces ingrédients actifs aident à réduire la plaque dentaire et l’inflammation des gencives. Il est préférable de consulter votre dentiste pour obtenir des recommandations spécifiques adaptées à votre état bucco-dentaire.

La parodontite se développe généralement à partir d’une gingivite non traitée, une inflammation des gencives causée par l’accumulation de plaque dentaire. En l’absence de traitement, la plaque se minéralise en tartre, ce qui favorise la prolifération de bactéries pathogènes. Ces bactéries envahissent les poches parodontales formées entre les dents et les gencives, provoquant une réaction inflammatoire qui conduit à la destruction progressive des tissus de soutien des dents.

La parodontite peut être classée en plusieurs types selon l’American Academy of Periodontology (AAP) 2017 :

  • Parodontite nécrosante : Caractérisée par une nécrose et une ulcération des papilles interdentaires, souvent associée à une douleur intense et un saignement des gencives.
  • Parodontite comme manifestation directe d’une maladie systémique : Souvent liée à des maladies telles que la neutropénie acquise, les leucémies ou le syndrome des leucocytes paresseux.
  • Parodontite liée aux troubles génétiques : Inclut des conditions telles que la neutropénie familiale, le syndrome de Down, et le syndrome de Papillon-Lefèvre.

Les facteurs de risque de la parodontite se divisent en modifiables et non modifiables. Les facteurs modifiables incluent le tabagisme, l’obésité, le diabète, le stress émotionnel et une carence en vitamine C. Les facteurs non modifiables comprennent des prédispositions génétiques et certaines maladies systémiques comme le syndrome de Down ou le SIDA.

Article rédigé par Eliott Hergat, médecin et cofondateur
Dernière modification le 6 juillet 2024
Les informations contenues sur cette page sont générales et à but purement informatif. Ces informations ne peuvent être comprises comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être réalisé en se basant uniquement sur le contenu de cette page et une consultation avec un médecin est fortement recommandée.
En cas d’urgence, contactez le 15.