Bientôt disponible surDoctolib

L'angiographie à la fluorescéine

Qu’est-ce qu’une angiographie à la fluorescéine ?

L’angiographie à la fluorescéine, également appelée angiographie en fluorescence, est un examen médical de haute précision, spécialisé dans l’imagerie des vaisseaux sanguins de la rétine. Cette technique utilise un colorant appelé fluorescéine, injecté par voie intraveineuse, pour permettre une visualisation détaillée des vaisseaux rétiniens et choroïdiens. La fluorescéine sodique, avec un spectre d’absorption allant de 390 à 503 nm, traverse rapidement le réseau vasculaire oculaire après injection. Les images sont capturées à l’aide de filtres spécifiques et d’un ophtalmoscope à balayage laser confocal, ce qui permet de détecter des anomalies telles que les zones d’hyperperméabilité vasculaire ou les occlusions capillaires.

Quel est l’intérêt de l’angiographie rétinienne ?

L’angiographie rétinienne est cruciale pour le diagnostic et la gestion de nombreuses pathologies oculaires. Grâce à l’angiographie à la fluorescéine, il est possible de :

  • Identifier des zones d’hyperperméabilité vasculaire : Ces zones peuvent indiquer un œdème maculaire ou une fuite vasculaire.
  • Diagnostiquer la maculopathie ischémique : Une pathologie où l’apport sanguin à la macula est compromis.
  • Quantifier les territoires d’ischémie : Particulièrement utile dans les cas de rétinopathie diabétique préproliférante ou proliférante.
  • Guider les traitements au laser : L’examen aide à planifier et cibler les zones nécessitant une photocoagulation au laser.

Les pathologies comme la dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), les occlusions veineuses rétiniennes, et les maladies inflammatoires telles que l’uvéite postérieure profitent grandement de cet examen détaillé. Grâce à l’angiographie, les médecins peuvent également évaluer avec précision les zones de néovascularisation.

Comment se déroule une angiographie oculaire ?

L’injection sanguine de fluorescéine

Le processus commence par l’injection de fluorescéine dans une veine périphérique, souvent située au niveau du pli du coude ou du bras. Ce colorant se propage rapidement dans le système circulatoire, atteignant la circulation oculaire en environ 8 à 12 secondes. La fluorescence maximale dans les vaisseaux choroïdiens est généralement observée entre 20 et 30 secondes après l’injection.

L’examen des yeux

Une fois que le colorant a atteint les vaisseaux rétiniens et choroïdiens, une série de photographies ou de clichés est prise à l’aide d’une caméra spéciale équipée d’un ophtalmoscope à balayage laser confocal. Ce processus est non invasif et indolore pour le patient. Durant cette phase, il est essentiel que le patient fixe une cible lumineuse pour garantir la stabilité des images capturées.

L’interprétation des images

Les images obtenues sont ensuite analysées par un ophtalmologue pour détecter toute anomalie. Les anomalies de fluorescence sont classées en trois catégories :

  1. Autofluorescence : Fluorescence spontanée avant injection (exemple : lipofuschine).
  2. Hypofluorescence : Réduction ou absence de fluorescence normale due à une occlusion vasculaire.
  3. Hyperfluorescence : Fluorescence anormalement élevée indiquant une fuite vasculaire ou un néovaisseau.

Quel diagnostic peut-on faire sur une angiographie ?

L’angiographie à la fluorescéine permet de diagnostiquer et évaluer diverses pathologies oculaires avec précision :

  • Œdème maculaire : Identifiable par des zones d’hyperfluorescence dues à une fuite capillaire.
  • Maculopathie ischémique : Caractérisée par des zones d’hypofluorescence indiquant un manque d’apport sanguin.
  • Rétinopathie diabétique : Permet de classer la rétinopathie en non proliférante, préproliférante ou proliférante.
  • Occlusions veineuses rétiniennes : Identification des zones d’obstruction vasculaire.
  • Dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) : Détection des néovaisseaux choroïdiens.

Quelles sont les contre-indications à l’examen ?

Bien que généralement sûr, certaines contre-indications existent pour l’angiographie à la fluorescéine :

  • Allergies connues à la fluorescéine : Risque accru de réactions anaphylactiques.
  • Insuffisance rénale sévère : La capacité réduite des reins à éliminer le colorant peut compliquer l’examen.
  • Grossesse : Précaution nécessaire, notamment durant les premiers mois.

Quels sont les effets secondaires possibles de la fluorescéine ?

Comme tout produit médical, la fluorescéine peut entraîner certains effets secondaires :

  • Nausées et vomissements : Fréquents mais généralement transitoires.
  • Réactions allergiques : De légères éruptions cutanées jusqu’à des réactions anaphylactiques rares (<1%).
  • Coloration jaune de la peau, des selles et des urines : Persiste pendant environ 24 heures après l’examen.
  • Sensations de chaleur : Parfois ressenties lors de l’injection.

Il est important que le patient informe son médecin s’il a des antécédents allergiques ou si c’est sa première angiographie. Les patients avec un terrain allergique doivent être particulièrement vigilants. En cas de réactions d’intolérance ou de complications, il est crucial de consulter rapidement un professionnel de santé.

Quelle est la place de l’angiographie à la fluorescéine dans le diabète ?

L’angiographie à la fluorescéine joue un rôle crucial dans la gestion avancée du diabète :

  • Non systématique pour le dépistage initial : Non recommandée pour évaluer les stades débutants selon certaines recommandations internationales (Australiennes et Américaines).
  • Quantification des territoires d’ischémie : Essentielle dans les stades avancés comme la rétinopathie diabétique préproliférante ou proliférante.
  • Planification thérapeutique : Aide à déterminer les zones nécessitant une intervention laser pour prévenir la progression vers une perte visuelle sévère.

Quels sont les autres examens utiles dans la rétinopathie diabétique ?

Outre l’angiographie à la fluorescéine, plusieurs autres examens sont indispensables pour une évaluation complète de la rétinopathie diabétique :

  • Rétinographie et rétinophotographie : Photographies du fond d’œil permettant une évaluation visuelle directe sans injection de colorant.
  • Tomographie par Cohérence Optique (OCT) : Examen non invasif fournissant des images en coupe transversale détaillées de la rétine, utile pour détecter un œdème maculaire ou une traction vitréomaculaire.
  • Examen clinique complet par un ophtalmologue : Comprend une mesure de l’acuité visuelle, un examen du fond d’œil après dilatation pupillaire et parfois un test de vision des couleurs.

Vos questions

Angiographie au vert d'indocyanine ou angiographie à la fluorescéine ?

La décision entre ces deux types d’angiographies dépend principalement des structures oculaires ciblées :

  • L’angiographie ICG est privilégiée pour visualiser les vaisseaux choroïdiens grâce aux propriétés infrarouges du vert d’indocyanine qui permettent une meilleure pénétration tissulaire et moins d’interférences avec le pigment épithélial rétinien.
  • L’angiographie à la fluorescéine est principalement utilisée pour étudier les vaisseaux rétiniens superficiels en raison de sa haute sensibilité aux fuites capillaires et aux occlusions.

L’examen débute par l’injection du colorant – soit la fluorescéine soit le vert d’indocyanine – dans une veine du bras. Une série de clichés est ensuite prise tandis que le colorant circule dans les vaisseaux oculaires. Le patient doit rester immobile et fixer une cible lumineuse pendant cette période. Une observation post-examen est effectuée pour surveiller toute réaction indésirable.

L’angiographie n’est pas douloureuse en soi. Le seul inconfort potentiel provient du moment de l’injection du colorant où certaines personnes ressentent une légère douleur ou gêne au point d’injection. Des sensations de chaleur peuvent également être perçues lors du passage du produit dans le système circulatoire.

L’angiographie oculaire est essentielle pour diagnostiquer et suivre divers troubles visuels tels que :

  • Rétinopathie diabétique
  • Dégénérescence maculaire liée à l’âge
  • Occlusions veineuses/artérielles rétiniennes
  • Maladies inflammatoires oculaires

Elle permet également aux médecins de planifier efficacement des traitements comme les photocoagulations laser en identifiant précisément les zones affectées.

La durée totale varie en fonction du type d’angiographie :

  • Une angiographie à la fluorescéine prend généralement entre 5 et 10 minutes pour capturer toutes les images nécessaires après injection du colorant.
  • Une angiographie au vert d’indocyanine peut prendre jusqu’à 45 minutes en raison des propriétés distinctes du vert d’indocyanine et du temps nécessaire pour observer sa circulation prolongée dans les vaisseaux choroïdiens.
Article rédigé par Eliott Hergat, médecin et cofondateur
Dernière modification le 12 juillet 2024
Les informations contenues sur cette page sont générales et à but purement informatif. Ces informations ne peuvent être comprises comme des conseils médicaux personnalisés. Aucun traitement ne devrait être réalisé en se basant uniquement sur le contenu de cette page et une consultation avec un médecin est fortement recommandée.
En cas d’urgence, contactez le 15.